15 oct

Lancement de la campagne de prévention du surendettement chez les jeunes

Campagne surendettement

Dans le cadre du programme cantonal de lutte contre le surendettement (PCLS) et aux côtés de Nadine Mudry (directrice chargée des politiques d’insertion à la direction générale de l’action sociale), de Jean-Pierre Greff (directeur de la HEAD) et de Jérôme Baratelli (responsable de la filière communication visuelle de la HEAD), nous avons présenté ce matin la nouvelle campagne de prévention s’adressant aux jeunes adultes. Réalisée par des étudiants de la HEAD, elle se déclinera sur plusieurs supports, tels que des affiches, des « cartes postales » thématiques ou encore, le site Internet qui fournira les réponses aux questions que chacun peut se poser face à une situation d’endettement. La campagne vise à prévenir une spirale dans laquelle trop de jeunes tombent malheureusement aujourd’hui. Le groupe est à risque et le constat est évocateur : En Suisse, 25% des jeunes de 18 à 25 ans sont surendettés. 80 % des personnes surendettées ont quant à elles contracté leur première dette avant 25 ans. Elles cumulent la plupart du temps différentes formes d’emprunts, contrôlent parfois mal leurs pulsions d’achat et, surendettés, se retrouvent dans l’incapacité de rembourser leurs dettes. Cette situation me touche, d’autant plus lorsqu’elle concerne un jeune qui fait ses premiers pas dans sa vie d’adulte et aspire à l’autonomie. Sensibilisons donc le public à la notion de gestion du budget, apaisons le sentiment de culpabilité de ceux qui se retrouvent dans ces situations en les informant des solutions existantes pour en sortir.
Plus d’informations sur le PCLS et la campagne de prévention sur le site www.stop-surendettement.ch

14 oct

Interview: « Le Monde économique »

Interview

La semaine dernière, j’ai été interviewée par « Le Monde économique » sur les thématiques qui me sont chères: emploi, formation et la place de la femme dans le monde du travail. Retrouvez cette interview en cliquant ICI.

02 oct

Journée Internationale des personnes âgées: Isabel Rochat s’engage pour nos aînés!

On estime que d’ici 2040, à Genève, 1 personne sur 5 aura plus de 65 ans, plus de 80’000 personnes auront dépassé les 80 ans ! Si nous pouvons nous réjouir de ce « miracle de la longévité » – l’espérance de vie à en effet fortement augmenté, cette évolution amène certains défis, liés notamment au financement de la dépendance. Face à cet enjeu, l’ambition d’Isabel Rochat et du Conseil d’Etat est double :

  • tout d’abord, répondre aux souhaits de la population de vivre le plus longtemps possible à domicile dans de bonnes conditions,
  • mais aussi engager des moyens efficients destinés à garantir l’accès aux soins pour tous, à des coûts économiquement supportables pour la collectivité.

Depuis une année, un certain nombre de démarches ont déjà été entreprises dans ce sens, par Isabel Rochat, conseillère d’Etat chargée du département de la solidarité et de l’emploi :

  1. l’élaboration des 52 contrats de prestations avec les EMS pour 2014-2017
  2. la mise à jour de la planification du nombre de lits d’EMS (3756 lits disponibles en 2013)
  3. la mise en œuvre d’un système d’avance pour les PC afin de faciliter les démarches administratives des personnes âgées
  4. le renforcement de la collaboration avec les HUG afin de afin de raccourcir le temps d’attente de places en EMS
  5. la participation accrue au réseau de soins (échange d’informations en vue de proposer à la personne âgée la meilleure prise en charge à domicile ou en en EMS)

Mais au-delà de l’aspect financier et organisationnel, l’augmentation de l’espérance de vie représente également un enjeu de société important. Face à cet enjeu, notre objectif est:

  • d’une part la valorisation du rôle actif et de la place des personnes âgées dans la société : nous sommes en effet convaincus que les personnes âgées doivent avoir toute la place qu’elles méritent dans une société tout aussi dynamique, novatrice et tournée vers l’avenir que respectueuse du passé.
  • d’autre part une incitation pour la personne âgée à rester active dans sa vie sociale et à maintenir sa vitalité et son autonomie : cela passe notamment par le développement d’activités associatives, culturelles et sociales ainsi qu’un aménagement d’environnement propice à cette autonomie (état des trottoirs, escalators, logements adaptés, commerces de proximité, transports publics accessibles…).

La génération active jouit et vit « dans et de » la société qui a été imaginée et façonnée par nos ainés. Nous sommes fiers et surtout reconnaissants. Cette reconnaissance doit se traduire par le profond respect que nous leur devons, qui consiste à leur donner les moyens de vivre « au cœur » et non en marge de la société qu’elles ont construite et ce avec toute la dignité requise.

Lire la suite

01 oct

Une journée dédiée à nos aînés

IR et les aînés

Mardi 1er octobre, c’est la Journée Internationale des personnes âgées. Les différentes activités organisées pour elles, tout au long de cette journée, doivent nous rappeler leur importante contribution à notre société et nous offrent l’opportunité de leur rendre hommage. Pour ma part, ce matin, dès 8h, j’ai été les rencontrer sur la plaine de Plainpalais et à Carouge. Depuis que je dirige le Département de la Solidarité et de l’Emploi, je n’ai cessé de les écouter, de discuter et d’échanger avec elles. Dans la rubrique engagement, découvrez ce que nous avons fait et allons faire pour les personnes âgées. Ne les oublions pas!

23 sept

Rassemblement pour le mois du cancer de l’enfant

IR4

A l’occasion du mois du cancer de l’enfant, j’ai assisté hier au lancer de ballons suivi de l’illumination du Jet d’eau couleur or. Cette opération de soutien, initiée par l’ARFEC (Association Romande des familles d’enfants atteints d’un cancer) et par CANSEARCH (Fondation contre le cancer de l’enfant), a réuni près de 200 personnes, des plus petits aux plus grands. Un fabuleux moment empreint d’espoir et de vives émotions. En Suisse, un enfant meurt chaque semaine du cancer. Etre confronté dès l’enfance à la souffrance et à la maladie est une telle injustice qu’il faut unir toutes nos forces pour la soulager. Je vous invite donc à soutenir ces belles associations qui, au travers de leurs nombreux combats, aident les enfants et leur famille à lutter contre la maladie.

Articles suivants